Mon outil: les ciseaux

Un créateur + son outil = le grand amour. Dans son métier de chapelier, Peter de Vries utilise de nombreux outils anciens et originaux, mais ses ciseaux jouent un rôle central

Regie und Kamera: Jendrik Hillebrecht | Photos: Territory

Peter de Vries in seiner Werkstatt mit seiner Kurzschere;

Les ciseaux sont pour moi ce que le pinceau est au peintre.»

Peter de Vries

Le créateur

Peter de Vries est opticien de formation, mais il préférait travailler comme chapelier. En 1989, il s’est acheté ses premières perforatrices et il a appris le métier en autodidacte. Sa boutique de Hambourg, où se trouve aussi son atelier, regorge de chapeaux et d’outils captivants. Et le chapelier hollandais a toujours une histoire amusante à raconter.

Le projet

M. de Vries adore la diversité des chapeaux. Il aime travailler avec de nouvelles formes et de nouveaux matériaux. Il a notamment créé «The Shushehat», inspiré des chapeaux des généraux japonais, qui se déclinent en 9 variantes de formes différentes.

Peter de Vries arbeitet sehr fein mit seiner Kurzschere;

L’outil

Peter de Vries possède ses ciseaux depuis 1989. Il en a hérité de sa grand-mère.
Il ne les considère pas seulement comme des ciseaux, mais comme le prolongement logique de sa main lorsqu’il effectue des gestes précis. Travailler avec cet outil est une question de feeling. Les ciseaux l’aident à transmettre ses émotions au chapeau.
Ils l’accompagnent fidèlement du découpage du matériau à la vérification finale et toutes dernières finitions.

Commenter maintenant

Commenter maintenant

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Votre nom figurera plus tard au-dessus de votre commentaire. Vous avez également la possibilité de choisir un pseudonyme.

* Champ obligatoire