Tom Mergel steht vor seinem selbstgebauten Camping Wagen;

Une caravane de 5 mètres carrés

Les petits projets sont tout aussi passionnants que les gros. La remorque que Tom Nagel a construite le prouve bien. Sur 5,6 mètres carrés, il a non seulement une cuisine avec eau courante et frigo, mais aussi suffisamment de place pour ses bagages. Il nous raconte comment il a construit sa remorque et inventé un outil utile par la même occasion

Interview menée par: Esther Acason | Photos: Tom Mergel

Créateur: Comment as-tu eu l’idée de construire ta propre caravane?

Tom Mergel: L’idée m’est venue en 2016, alors que j’étais en vacances en Croatie. Je campais avec ma Smart Roadster et une petite remorque que j’avais louée. J’ai trouvé vraiment pratique d’avoir de la place supplémentaire pour mes bagages.

Une fois mes vacances finies, je me suis tout de suite mis à la recherche d’une petite caravane, et j’ai découvert le concept du «teardrop». Il s’agit de petites caravanes en forme de larme également dotées d’une cuisine, grâce à laquelle on peut cuisiner depuis l’extérieur. Malheureusement, elles sont assez chères et surtout trop lourdes pour ma voiture, qui ne peut pas tirer plus de 300 kg. Ma seule possibilité était donc d’en construire une moi-même. Par contre, j’ai dû renoncer à un espace où dormir, à cause du poids.

Ta remorque est unique, et a bien sûr était vérifiée par le TÜV (l’organisme de contrôle technique principal en Allemagne). De quoi es-tu particulièrement fier?

Qu’il n’existe aucune autre remorque de ce poids aussi bien aménagée. Outre un espace pour des bagages et une tente, elle est dotée d’une cuisine à l’arrière avec frigo et évier. On peut transporter une bonbonne de gaz en toute sécurité sous la surface de travail, et donc utiliser une cuisinière de camping ordinaire. Sur les places de camping, l’installation est alimentée par un courant de 230 V. Lorsque je me déplace, je peux utiliser une glacière dans le coffre branchée à une prise de 12 V. L’éclairage de la cuisinière peut aussi être alimenté par la voiture.

Ça représente pas mal de travail manuel. Tu étais sûr d’en être capable?

Bien sûr. J’ai aidé mon père, technicien de formation, à mener à bien ses projets de construction personnels depuis que je suis tout petit. J’ai appris très tôt à me servir d’outils. Et ma formation d’électricien a fait le reste. J’aime construire des choses qui fonctionnent.

Un kit de camping complet, sur 5,6 mètres carrés

Comment as-tu préparé ton projet?

La planification a duré environ 6 mois. Je me suis tout d’abord renseigné sur l’installation d’un châssis pour remorque et sur les dispositions légales à respecter. C’était relativement simple. Par contre, les lois relatives à l’éclairage, c’est-à-dire les lampes à placer aux divers endroits en fonction de leur masse et de leur poids, ont été plus difficiles à respecter. J’ai dessiné des patrons et me suis rendu au TÜV pour m’assurer encore une fois que je n’avais rien oublié. Il ne restait plus qu’à trouver les matériaux. Ils devaient être stables mais légers. Et bien sûr pas chers. J’ai fini par terminer mes plans de construction et les dimensions correspondantes et par avoir une idée des matériaux avec lesquels je voulais travailler.

Quels étaient ces matériaux?

J’ai utilisé un panneau aggloméré solide d’une épaisseur de 15 mm comme plancher. Il résiste aux intempéries et il est très stable, mais il est lourd. Pour compenser son poids, j’ai dû opter pour une structure de base en lattes de bois simples au lieu de l’acier. L’aluminium aurait été trop cher. Pour les interstices, j’avais besoin de polystyrène. Le revêtement extérieur est fait de nattes de fibres de verre et de résine époxy. On obtient ainsi une surface stable, étanche qu’on peut laquer. Et le tout est très léger. Ensuite, j’ai utilisé une laque à base de résine époxy sur le revêtement extérieur.

Puis tu as entamé la construction…

J’ai d’abord dû m’acheter du matériel, dont j’ai trouvé la majeure partie dans un magasin de bricolage. Ensuite, je me suis occupé du châssis: j’ai monté les pneus sur l’essieu et j’ai fixé ce dernier à la barre de remorquage avec une coque de serrage. J’ai ensuite vissé le plancher et la structure de base en lattes de bois sur le châssis. J’ai taillé les pièces en polystyrène, puis je les ai collées à la structure de base. La caravane avait déjà sa forme ronde, mais elle n’était bien sûr par encore assez stable. J’ai donc ajouté trois couches de nattes de fibres de verre. J’ai ensuite poncé et laqué le tout. La construction terminée, il me restait à aménager ma remorque et à y installer l’éclairage. Ça m’a demandé beaucoup de travail.

N'écoutez pas ceux qui ne savent pas de quoi ils parlent»

Tom Mergel

Quel a été l’outil le plus utile?

La scie sauteuse et le tournevis électrique sont les outils que j’ai utilisés le plus souvent, mais le plus utile a été la découpeuse à polystyrène que j’ai fabriquée moi-même. J’ai pris la monture d’une vieille scie à chantourner et au lieu d’une lame, j’ai posé un fil de résistance. J’ai électrifié le tout avec un vieux bloc d’alimentation d’ordinateur. Une fois chauffé, le fil m’a permis de tailler le polystyrène précisément. Ça a très bien fonctionné.

Quels problèmes as-tu rencontrés, et comment les as-tu résolus?

J’ai eu de nombreux problèmes durant la phase de construction, tout au début par exemple: je devais positionner le plancher de manière à ce que le poids soit bien réparti à la fin, ce qui est bien entendu difficile à déterminer quand on ne sait pas encore exactement quel sera le poids de la remorque finie. J’ai suivi mon intuition. Heureusement, j’ai vu juste.

Et le plancher de deux mètres de long s’est révélé instable. Les remorques conventionnelles ont un cadre de métal, mais je voulais éviter d’en poser un pour ne pas alourdir le tout. J’ai rallongé la barre de remorquage jusque derrière l’essieu et construit un petit cadre en aluminium avec profil en L. Ça l’a stabilisé.

Le dernier gros problème a été le hayon. Il devait être composé de deux arcs de panneaux d’aggloméré et recouvert de panneaux de contreplaqué. Mais il s’est tellement déformé qu’il n’a pas pu être fixé correctement sur la remorque. Je n’ai toujours pas trouvé de solution à ce problème. On doit toujours appuyer fermement dessus avec le couvercle et le fixer avec deux grosses barres.

As-tu d’autres projets en cours?

Je n’ai pas d’autre projet de cette envergure prévu pour les prochaines années. Je dois d’abord économiser un peu. J’aimerais bien construire une vraie caravane un jour. Mais j’aurais besoin d’une autre voiture.

As-tu un conseil à donner aux autres créateurs?

Il faut bien sûr avoir une certaine dextérité, mais on apprend beaucoup sur le tas. Cela demande beaucoup de temps et de patience, et il faut pouvoir encaisser les échecs. Surtout, n’écoutez pas ceux qui ne savent pas de quoi ils parlent. Même si tout le monde vous dit que votre projet est fou, n’abandonnez pas.

La caravane de Tom en chiffres:

Durée de la planification: 6 mois

Durée de la construction: 1 an et demi

Dimensions de la remorque: 2,85 mètres de longueur, 1,97 mètre de largeur et 1,38 mètre de hauteur.

Poids à vide: 200 kg

Coûts de construction: env. 3400 euros

Nombre de visites dans un magasin de bricolage: plus de 35

Commenter maintenant

Commenter maintenant

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Votre nom figurera plus tard au-dessus de votre commentaire. Vous avez également la possibilité de choisir un pseudonyme.

* Champ obligatoire