Elias a toujours aimé travailler le bois...

La cuisine pivotante avec commande vocale

Une cuisine amovible, pivotante et dotée d'une commande vocale, tel était le désir d'Elias. Les cuisines conventionnelles ne répondent pas à ses attentes, alors il a décidé de faire fi des opinions d'autrui et de s'en fabriquer une. Et il a réalisé son grand rêve

Entretien: Friederike Schön | Photos: Oliver Vogel

 

Créateur: Elias, vous êtes professeur de musique de métier. Qu’est-ce qui vous a fait changer de métier?

Elias Holocher: Il y a quatre ans, ma femme et moi louions un appartement. La cuisine équipée était très petite, nous avions à peine la place de cuisine et de manger. C’est là que j’ai créé mon premier prototype. Je me suis dit que cet espace pouvait mieux être utilisé. J’ai acheté un plan de travail dans un magasin de bricolage et je l’ai vissé sur la couronne d’orientation d’un vieux fauteuil pour qu’il puisse servir de table à manger pour au moins quatre personnes au besoin. C’est comme ça que tout a commencé.

Cette idée vous est venue par nécessité, puis elle a fait son chemin.

Exactement. J’ai fait davantage de recherches pour créer un deuxième prototype plus poussé, et j’ai été très surpris de constater qu’on ne trouve nulle part des cuisines amovibles, flexibles, sur le marché. Je me suis donc mis au travail. C’est comme ça qu’est né mon îlot avec plan de travail pivotant et bancs rétractables. Il est à présent aussi doté de commandes vocales.

 

Je réfléchis toujours à comment je peux détourner ce qui existe déjà»

Elias Holocher

Saviez-vous comment procéder?

Je dois avouer que j’ai toujours été doué en travaux manuels; j’ai aidé mes parents à aménager leur ferme. J’ai aussi travaillé quelque temps dans une menuiserie. J’avais donc de bonnes bases. J’ai simplement expérimenté avec des moyens très simples. J’ai trouvé ce qui fonctionnait, et j’y suis allé étape par étape. Je réfléchis toujours à comment je peux détourner ce qui existe déjà.
Au début, je n’ai utilisé aucun moteur. Ça marchait, mais je voulais pousser encore plus loin. J’ai tout mécanisé petit à petit. J’ai installé une clé en croix, comme celles qu’on utilise pour les remorques. J’ai acheté un moteur pour portes de garage dans un magasin de bricolage et je l’ai ajouté. Il me permet de tourner mon plan de travail à 90° et d’ainsi le rentrer et le sortir de l’îlot. Les capteurs à ultrasons évitent qu’on se pince lorsque les différentes parties sont rentrées ou sorties; ils proviennent de l’industrie automobile. Les bancs sont aussi dotés de moteurs linéaires, semblables à ceux qu’on installe dans les volets roulants ou les fenêtres télécommandées des toits et des serres. Je les démarre simplement avec un interrupteur.
Je n’arrêtais pas d’avoir de nouvelles idées, mais mon entourage n’était pas tout à fait sur la même longueur d’onde que moi. Beaucoup m’ont dit que ma cuisine ne fonctionnerait pas, vu toute l’eau nécessaire dans une cuisine.

 

 

J'ai dit aux sceptiques qu'ils ne perdaient rien pour attendre»

Elias Holocher

Est-ce que ces commentaires vous ont freiné?

Non. Je ne me suis pas laissé décourager, et j’ai continué à suivre mon idée. Je me suis toujours dit que je verrais bien ce que donne le résultat final.
Avant de m’attaquer à un problème, je réfléchis à la manière dont je peux procéder. Rassembler toutes les composantes électroniques dans une structure et les faire fonctionner n’a pas été une mince affaire. Garantir la sécurité de la cuisine non plus. J’ai installé des tuyaux qu’on utilise généralement dans les tunnels de lavage et qui résistent aux mouvements constants. C’est comme ça que j’ai réglé la question de l’eau. On trouve des solutions à tout dans l’industrie, mais il faut penser un peu différemment. On doit généralement éviter de plier les câbles en silicone des plaques de cuisson, ce qui n’allait pas pour ma cuisine. Cet aspect-là m’a pas mal découragé. J’ai souvent fait preuve d’une grande naïveté, mais je n’ai jamais manqué d’imagination. Par exemple, si je cherchais quelque chose dans le rayon des salles de bains et sanitaires, la pièce en question se trouvait parfois dans le rayon jardinage.

Ensuite, il a fallu régler la question des commandes vocales…

Oui, pour plus de confort. Maintenant, tout se fait par commande vocale. Le plan de travail descend et pivote pour se transformer en table de cuisine. Les bancs sortent de l’îlot pour qu’on puisse s’asseoir dessus. Après les repas, le plan de travail monte pour se changer en bar.
J’ai aussi installé un évier qui provient des Pays-Bas. On peut y faire couler de l’eau bouillante et de l’eau froide. J’ai aussi placé un broyeur à déchets bio pouvoir éliminer ensuite les détritus avec les eaux usées. C’est un concept très intéressant d’un point de vue écologique, surtout dans les villes. J’ai réussi à tout placer dans mon îlot, au milieu des nombreux tiroirs et espaces de rangement.

Qu’on pensé ceux qui doutaient de ton projet?

Ils ont tous fini par être enthousiasmés. Elle le concept a fait parler de lui. J’ai réalisé que je voulais en faire mon métier. J’ai quitté mon emploi d’enseignant, et tout se passe très bien. J’ai installé mon atelier de menuiserie dans la grange de mes parents, dans l’Allgäu, et je collabore avec une entreprise de Hildburghausen pour les aspects techniques. Je me félicite tous les jours d’avoir pris cette décision.

 

Elle obéit à ta voix!

Si tu souhaites jeter un œil aux cuisines dotées de commandes vocales d’Elias, tu peux le faire ici.

 

Commenter maintenant

Commenter maintenant

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Votre nom figurera plus tard au-dessus de votre commentaire. Vous avez également la possibilité de choisir un pseudonyme.

* Champ obligatoire