Das größte Baumhaus der Welt vom Landschaftsgärtner Horace Burgess;

La plus grande cabane du monde

En 1993, Horace Burgess, paysagiste américain, a eu une inspiration divine: le Seigneur lui a demandé de construire une cabane. En 14 ans, il a construit la cabane la plus grande du monde dans le Tennessee

Texte: Esther Acason | Photos: action press

De l’expérience en construction de bâtiments? Absolument pas! Horace Burgess ne savait pas non plus quelle taille aurait sa cabane. Il s’est simplement fié à la promesse que lui avait faite le Seigneur: «Si tu me construis une cabane, tu ne manqueras jamais de matériel de construction.» Il a donc commencé les travaux en 1993. C’est aussi simple que ça.

Il avait suffisamment de place et d’arbres sur son terrain de Crossville, au Tennessee. Le reste suivrait. La première étape: un escalier de 26 mètres de haut. Horace l’a construit contre un gigantesque chêne dont le tronc faisait quatre mètres d’épaisseur. Il a ainsi pu monter sur son arbre pour prier en paix. C’était important pour lui.

Horace n'avait pas suffisamment d'expérience en matière de construction, mais il ne l'a pas considéré comme un obstacle

Il a pris son temps. Il lui a fallu 14 ans pour achever son œuvre. Sans plan de construction, en se fiant purement à son intuition et à son ressenti. L’Américain de 43 ans a fini par trouver le matériau de construction envoyé par Dieu sous forme de planches usagées provenant de vieilles écoles ou de magasins de bricolage. La cabane n’a cessé de s’agrandir: 30 mètres de hauteur, 10 étages, 98 marches d’escalier. Des panneaux de contreplaqué entourent à présent l’énorme chêne et six autres arbres voisins; quelques branches ont poussé à travers les planches. La cabane ne fait plus qu’un avec son environnement.

Vu ses dimensions, la construction a vite gagné en renommée. On l’a surnommée «Horace’s Cathedral», la cathédrale d’Horace. Pas étonnant, puisque la tour au toit pointu rappelle un clocher. A l’intérieur, Horace, devenu prêtre, a même construit une chapelle dotée d’un autel, de bancs d’église et d’une croix. Pendant 20 ans, il a fait sonner chaque jour les cloches qu’il avait fabriquées à partir de vieilles bouteilles d’oxygène découpées. Lorsqu’il n’y avait pas de service religieux, la chapelle était temporairement transformée en terrain de basket. Le panier est d’ailleurs toujours accroché au mur.

La cabane était une vraie attraction, jusqu’à ce qu’un ingénieur en bâtiment retraité ne remarque en 2012 qu’elle n’avait ni sorties de secours ni extincteurs. Le rêve d’Horace a pris fin abruptement, car il a dû fermer définitivement sa cabane au public. Il avait pourtant de grands projets: ascenseur, chauffage, même électricité.

Si Horace’s Cathedral est officiellement fermée depuis six ans, cela n’empêche pas certains de s’y rendre en pèlerinage. Ils ne peuvent pas s’empêcher d’y pénètrer, s’exposant ainsi à des sanctions. La fascination qu’on voue à sa cathédrale depuis 25 ans procure un peu de réconfort à Horace, même si elle se délabre à vue d’œil.

Commenter maintenant

Commenter maintenant

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Votre nom figurera plus tard au-dessus de votre commentaire. Vous avez également la possibilité de choisir un pseudonyme.

* Champ obligatoire