Sam Battle arbeitet an Schaltkreisen in seiner Werkstatt;

Plus forts, plus aigus, plus stridents

Sam Battle est musicien, artiste, inventeur, artiste sonore et électricien. Il transforme des Gameboy en instruments de musique, des vélos en synthétiseurs, de vieilles consoles de jeux en drôles de percussions. Puis, il monte d’imposants systèmes de son, comme son œuvre la plus populaire: l’orgue de Furby. Durant notre entretien, il nous confie comment tout a commencé et ce qui le motive

Texte: Reinhard Keck | Photos: Olivier Hess

Sam Battle, 27 ans, est exactement comme dans ses clips YouTube: il papote, il gigote et il plaisante constamment. Ses cheveux roux vont dans tous les sens, et il porte une épingle à nourrice en guise de boucle d’oreille. Des dizaines de milliers de fans suivent ses projets complètement fous sur sa chaîne YouTube «Look Mum No Computer».

Son œuvre la plus populaire? Un orgue fait à partir de 44 Furby. Les Furby, ces peluches tout droit sorties des années 90 qui ont leur propre langue. Dans son studio de l’Est londonien, Sam appuie sur le bouton «Réveil collectif». Les petites créatures se mettent toutes à piailler. Elles s’expriment en cœur et produisent des sons plus forts, plus aigus ou plus stridents selon la touche pressée, tout en bougeant les oreilles.

CRÉATEUR: Comment a-t-on l’idée folle de fabriquer un orgue de Furby?

Sam Battle: Difficile à dire. Peut-être parce qu’enfant, je n’ai pas eu le droit d’avoir un Furby. Ce traumatisme est sûrement ressorti. C’est fou, non?

Mais pourquoi construire un tel appareil?

Comme pour tous mes autres instruments, la question est plutôt pourquoi pas?

La vidéo YouTube consacrée à votre orgue de Furby est devenue un hit. Elle a été visionnée plus de trois millions de fois.

J’adore quand mes projets étonnent et font rire autant de gens. Certains m’ont même donné leurs vieux Furby.

J’aime les trucs cool, je crée tout plein de circuits.»

Sam Battle

Vous fabriquez aussi d’autres instruments farfelus. D’où vous est venue cette passion?

Je suis devenu producteur de musique il y a huit ans. Je ne pouvais pas me permettre d’acheter une boîte à rythmes. J’ai donc débranché mes vieilles consoles, je les ai démontées et je m’en suis fabriqué une. La voir finie m’a donné un sentiment incroyable. J’étais accro. J’ai acheté de vieux Gameboy sur eBay et je les ai transformés en un oscillateur triple. Il produit des sons avec lesquels je compose de la musique électronique.

Est-ce que vous improvisez aussi vos outils?

Bien sûr. Ma langue est mon outil principal. Elle me sert à tester la tension. Mon feeling est mon meilleur instrument de mesure. Le ciseau de mon couteau suisse est super pour couper les fils. Je ne pourrai pas non plus me passer de mon fer à souder. J’aime les trucs cool, je crée tout plein de circuits.

Comment avez-vous acquis vos connaissances en électrotechnique?

Mon père a eu un grave accident et il a dû arrêter tôt de travailler. Alors il est devenu bricoleur à temps plein. Une fois, il a même acheté une Mini et l’a réparée. C’est devenu notre voiture. Il m’a transmis son savoir technique.

Enfant, vous étiez déjà bricoleur?

Je voulais toujours savoir comment les appareils fonctionnaient. J’ai dévissé le fer à repasser cassé de ma mère, je l’ai dépoussiéré, et il s’est remis à marcher. J’étais très fier de moi!

Pourtant, vous n’êtes pas devenu technicien, mais musicien.

Ma sœur voulait apprendre à jouer de la guitare, mais elle n’était pas assez motivée. Je me suis amusé un peu avec, et j’ai fini par piger le truc. Plus tard, j’ai appris à jouer du piano et de la batterie. Maintenant, j’écris des chansons pour d’autres groupes ou des jeux vidéo, comme celle de FIFA 15. J’ai de plus en plus de fans sur ma chaîne YouTube. Cette année, je pars en tournée européenne avec mon installation de bricolage. J’ai déjà été à Berlin et à Hambourg. C’est génial de faire le clown sur scène.

Sam Battle adore faire le clown devant et derrière la caméra et fabriquer des instruments de musique farfelus.
La vocation de Sam: faire le clown et fabriquer des objets super cool.

Et qu’est-ce qui vous plaît dans les tâches plus calmes?

Créer à partir de vieilles pièces électriques. Ça me comble. Mais ce n’est pas toujours facile. J’ai tendance à repousser mes projets. Je déteste les tâches monotones.

Que voulez-vous dire exactement?

J’ai vissé jours et nuits pendant deux semaines pour monter l’orgue de Furby. Connecter chaque peluche, c’était vraiment pénible. Je me suis énormément ennuyé. Mais c’était comme de gravir un sommet. C’est dur, mais on est très heureux d’avoir réussi!

Quelle a été ta prestation la plus mémorable jusqu’à présent?

J’ai été invité récemment à participer à une émission télévisée espagnole avec mon orgue de Furby. Antonio Banderas était là, il a pianoté sur l’orgue. L’animateur était hystérique, je ne comprenais rien. Le public était super enthousiaste, les Furby piaillaient, c’était un joyeux chaos.

C’est tout à fait ton truc, non?

Ouais. J’ai adoré.

Un artiste à suivre

Sur YouTube, Sam Battle a plus de 96 000 abonnés qui l’accompagnent dans ces projets fous. On y apprend entre autres comment transformer des talkies-walkies Minion en système sans fil parfaitement fonctionnel.

Commenter maintenant

Commenter maintenant

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Votre nom figurera plus tard au-dessus de votre commentaire. Vous avez également la possibilité de choisir un pseudonyme.

* Champ obligatoire