Notre auteur Sascha Borrée construit sa propre serre. Il visse les baguettes de bois afin que les plaques alvéolaires en polycarbonate tiennent bien en place.

Tentons l'expérience: construire une serre

Plus rapide, plus cool, plus spectaculaire. Nous en faisons toujours plus, pour nous en venter ensuite sur les médias sociaux. Faire l'ascension du Kilimandjaro? Pas mal. Notre auteur se demande s'il n'a pas envie de miser sur quelque chose de plus modeste

Texte: Sascha Borrée | Photos: Lucas Wahl

Aujourd’hui, tout le monde a une bucket list, une liste de choses à faire avant de mourir. Faire l’ascension du Kilimandjaro, le Paris-Dakar, la traversée de l’Atlantique en bateau… Avant, les choses se passaient autrement. On était plus terre à terre. Les bucket lists étaient bien plus courtes, et les rêves de chacun assez similaires: construire sa maison, planter un arbre, fonder une famille. Peut-on se contenter de ça à notre époque?

L'emplacement, le facteur essentiel lorsqu'on construit une serre. L'endroit doit être le plus ensoleillé possible.»

Sascha Borrée

J’espère bien trouver réponse à cette question. Je n’ai pour l’instant ni le terrain ni le budget pour me construire une maison. Qu’à cela ne tienne, j’ajusterai un peu ma bucket list… Si je ne peux pas bâtir une maison, peut-être puis-je au moins commencer par une serre? Je ne pourrai certes pas y planter d’arbre mais, au moins, j’y ferai pousser des tomates. C’est le projet idéal pour le printemps qui arrive tout soudain. Après avoir examiné quelques plans de construction, je pense pouvoir y arriver.

1. Trouver le bon emplacement

La première étape de ceux qui construisent une serre ou une maison consiste à trouver le bon emplacement. Divers facteurs doivent être pris en compte: dans les deux cas, l’endroit doit être ensoleillé si possible, ce qui est difficile à trouver sur mon terrain. Des générations de constructeurs semblent avoir pris leur liste très à cœur bien avant moi, puisque je suis entouré de vieux hêtres, de chênes et de châtaigniers dont les couronnes jettent de l’ombre sur le sol. Je finis pas trouver un endroit tout derrière, aux limites du terrain, illuminé par le soleil matinal. Mais qu’en est-il du bouleau voisin? Le soleil ne se cache-t-il pas derrière durant la journée? Je veux être certain de mon coup, je télécharge même une appli qui vérifie sa trajectoire. Elle m’indique que mon endroit est parfait. Super! J’y amène mes baguettes de bois, et je prépare mes outils et mon matériel. Je suis prêt à commencer.

Notre auteur Sascha Borrée prépare son matériel pour pouvoir commencer à construire sa propre serre.
Notre auteur Sascha Borrée prend déjà les premières mesures. Correspondent-elles à l'idée qu'il s'était fait? Après tout, c'est la première fois qu'il construit sa propre serre.

2. Les fondations: des blocs, des points ou des lignes?

La serre devra pouvoir résister aux intempéries automnales. Ses fondations doivent donc être solides. Comme je le constate en faisant des recherches sur Internet, plusieurs solutions s’offrent à moi, comme des cadres de bois ou des tiges de métal avec ancrages au sol. Les fondations en béton, en plots ou en ceinture, sont l’option classiques. J’opte pour une variante simple, puisque c’est mon premier essai. J’ai la chance d’avoir un voisin qui me donne six vieux blocs de béton. J’en enfonce trois en ligne, parallèles, à mi-hauteur dans le sol, et je les redresse précisément avec un niveau à bulle. Je veux avoir une serre droite, pas la tour de Pise… Voilà, c’est tout bon.

Sascha Borrée construit sa propre serre. Il se sert de vieux blocs de béton comme fondations.
Notre auteur Sascha Borrée vérifie à l'aide d'un niveau à bulle que les fondations en béton de sa serre sont droites.

3. La charpente

Je peux enfin commencer à construire ma serre. J’ai hâte de voir si tout fonctionnera comme je me l’imagine. Je fabrique quatre cadres latéraux à partir de quatre poteaux de bois de 5 cm par 5 cm. Le cadre arrière mesure 3 m de large et s’arrête au niveau de la poitrine. Le cadre avant sera un peu plus élevé, pour que le toit penche légèrement et que l’eau de pluie puisse s’écouler facilement. J’estime que les deux cadres latéraux font un mètre de large. J’assemble d’abord les cadres séparément; je pose des angles qui les relieront solidement. Je redresse ensuite les quatre cadres et je les visse entre eux. La charpente est terminée! J’avance lentement mais sûrement.

Sascha Borrée fabrique sa propre serre. Il assemble des poutres de bois pour en faire une charpente.
Sascha Borrée construit sa propre serre. Pour ce faire, il assemble des poutres de bois aux différents cadres.

4. Les plaques de polycarbonate

Place aux murs. J’utilise des plaques alvéolaires en polycarbonate. Je scie les plaques à la bonne longueur à l’aide d’une scie oscillatoire. Je visse ensuite de fines baguettes à la charpente en bois, et je pose les plaques derrière. Ce n’était pas si difficile que ça.

Mais ça se complique, car je dois poser une porte coulissante à l’avant, ce qui demande un peu plus de doigté. Je fabrique une glissière à partir de baguettes en bois que je pose sur les poutres inférieure et supérieure. Je pose les panneaux, et je respire un coup. Tout semble s’accorder parfaitement. Les plaques coulissent sans problème. Lorsqu’il fera trop chaud cet été, je pourrai enlever les plaques à l’avant pour bien aérer la serre.

Sascha Borée scie les plaques alvéolaires en polycarbonate à la bonne longueur à l'aide d'une scie oscillatoire. Elles formeront les murs de la serre qu'il construit lui-même.
Sascha Borrée peut faire coulisser les plaques alvéolaires en polycarbonate de la serre qu'il construit lui-même, à la manière d'une porte coulissante.

5. Le toit, l’élément final en plexiglas

Il ne manque plus que le toit qui abritera mes tomates. Je découpe une plaque ondulée en plexiglas avec la lame fine d’une scie oscillatoire. C’est un détail très important, car les lames plus grosses peuvent briser le plexiglas. Je scie prudemment. J’ai fait le bon choix, heureusement. Le plexiglas ne se casse pas, et je passe à l’étape finale. Je fixe les plaques ondulées sur la serre avec huit vis.

Notre auteur Sascha Borrée fixe les plaques ondulées sur la serre qu'il construit lui-même. Elles serviront de toit.
Sascha Borrée construit sa propre serre. La dernière étape consiste à poser la plaque de plexiglas, qui servira de toit.
Notre auteur Sascha Borrée contemple sa serre.

Je contemple mon œuvre depuis l’extérieur, puis j’y pénètre et j’admire le ciel à travers le toit transparent. Je m’imagine les belles grosses tomates qui y pousseront ces prochains mois. Bientôt, très bientôt… Je suis ravi. Je n’ai pas fait l’ascension du Kilimandjaro, et je n’ai pas traversé l’Atlantique en bateau. Non, j’ai tout simplement construit une serre. Parfois, ça suffit amplement.

Pour sa serre, Sascha a employé les matériaux suivants:

  • 8 x panneaux alvéolés en polycarbonate, 1,50 m x 1 m
  • 2 x plaques ondulées en plexiglas, 2,50 m x 1 m
  • 10 x planches de bois de sapin équarri rabotées de 54 x 54 mm
  • 4 x planches de bois de sapin équarri rabotées de 24 x 74 mm
  • 4 x baguettes rectangulaires de 20 x 20 mm
  • 2 x baguettes rectangulaires de 20 x 40 mm
  • 8 x plaques perforées
  • Vis multifonctionnelles, vis pour panneaux d’agglomérés, vis étanches A2
  • Raccord angulaire, connecteur plat

Commenter maintenant

Commenter maintenant

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Votre nom figurera plus tard au-dessus de votre commentaire. Vous avez également la possibilité de choisir un pseudonyme.

* Champ obligatoire