TREPP, une plateforme panoramique en bois, a été construite dans un marais de Tuhu, dans l'ouest de l'Estonie. En hiver, elle est entourée d'un paysage enneigé.

Un beau panorama

Tuhu, une énorme zone marécageuse dans l'ouest de l'Estonie. Avant la construction de TREPP, ceux qui souhaitaient l'explorer devaient emprunter une étroite passerelle en bois

Texte: Esther Acason | Photos: Estonian Academy of Arts Interior Architecture Department, ie TREPP. Tõnu Tunnel. Estonian Academy of Arts Interior Architecture Department

L’œuvre

TREPP est une construction en bois de huit mètres de long, et dont le point culminant s’élève à 5 mètres de hauteur. Elle se trouve en plein cœur de Tuhu, l’une des plus grandes zones marécageuses de l’ouest de l’Estonie, à dix kilomètres de la mer. Les visiteurs qui montent sur la promenade de bois de 16 mètres carrés ont une vue imprenable sur le paysage naturel. En effet, ils peuvent admirer des bois et des marais à perte de vue, souvent couverts de neige. En outre, Tuhu abrite de nombreuses espèces d’oiseaux en danger telles que des grues, des grouses ou des barges à queue noire, que l’on peut observer depuis TREPP.

Nous voulons connaître ton projet,

qu’il soit terminé ou planifié. Ça t’intéresse? Envoie-nous des photos et une courte description de ton projet sur notre page Facebook facebook.com/hornbach.de ou à notre adresse e-mail socialmedia@hornbach.de

L’origine du projet

Depuis 2014, l’Estonian Academy of Arts Interior Architecture Department propose un cours qui débute chaque année en janvier, avec le soutien des architectes du bureau b210 et de l’Estonian Forest Management Centre (RMK), dans le cadre duquel les étudiants de première année doivent planifier une construction assez petite et peu chère, puis la réaliser durant l’été suivant. Condition absolue: le projet doit s’harmoniser avec le paysage environnant.

En 2017, les étudiants ont érigé une plateforme panoramique à Tuhu, pour remplacer la passerelle en bois de deux kilomètres qui parcourrait les marais.

Ils ont dû satisfaire certaines exigences: la structure devait être facile à atteindre, mais située dans un endroit isolé et calme. Ils devaient aussi construire une structure qui résisterait aux conditions météorologiques extrêmes de la région: outre les variations de température (de 25 C° à -25 C°), la région est inondée plusieurs fois par année.

 

La conception

Les 14 étudiants se sont mis au travail, aidés par un bureau d’ingénieur, un conseiller en travaux sur bois et quatre architectes du bureau b201, parmi lesquels Mari Hunt. «Nous avons montré aux étudiants comment comprendre la nature et les marais de Tuhu», explique Mari Hunt. Et comment créer une plateforme qui s’harmonise à son environnement.

Le résultat préliminaire: 14 idées de projet, dont chacune était unique. Avec leurs tuteurs, les étudiants ont choisi le projet le plus facile et rapide à mettre en œuvre. Il ne restait plus qu’à répartir le travail selon les forces de chacun, et à attribuer les différentes responsabilités avant d’entamer la construction.

 

La mise en oeuvre

Outre un bon esprit d’équipe, les étudiants ont eu besoin de toutes sortes de matériaux de construction. Le coût: environ 10 000 euros. Ils ont scié la majeure partie des matériaux de construction en été, dans un atelier de menuisier à Viljandimaa, à quelque 100 km des marais. Ils ont ensuite monté l’échafaudage en bois sur place en quelques semaines. Il ne restait plus que les finitions: les étudiants ont installé des panneaux en PVC blancs semi-transparents sur les côtés de l’escalier. Papillons et insectes peuvent s’y reposer, abrités des visiteurs. Par ailleurs, les panneaux changent de couleur selon la lumière, les ombres et le moment de la journée. A l’intérieur aussi. Ainsi, les visiteurs ne sont pas en manque de stimuli visuels lorsqu’ils montent l’escalier, même s’ils ne voient pas grand-chose de l’extérieur. Les panneaux se terminent tout en haut de la plateforme, et le panorama est alors dégagé.

La construction s’est terminée à l’automne 2017. Les étudiants ont remarqué que de loin, TREPP est à peine visible. Elle se fond dans le paysage, surtout lorsqu’il est enneigé. Cela se produit en moyenne environ quatre mois par année.

Commenter maintenant

Commenter maintenant

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Votre nom figurera plus tard au-dessus de votre commentaire. Vous avez également la possibilité de choisir un pseudonyme.

* Champ obligatoire