Matthias Gent, devant son circuit, aux alentours de Magdebourg. Il a complètement rénové son galetas et l'a entièrement réaménagé.

Un vrai chef-d’œuvre:
Le royaume des bolides

Il y a tant de projets créatifs à accomplir. Ils sont souvent bien plus accessibles que l’on ne pense. Le chef-d’œuvre CRÉATEUR célèbre les créateurs près de nous

Texte: Esther Acason | Images: Matthias Gent

L’œuvre

Un galetas de deux pièces d’environ 100 m2 autrefois rempli de vieilleries qui abrite à présent un gigantesque circuit de course Carrera. Des pistes de 10 m par 2,80 m, et un circuit qui s’étend sur 38 m. Ce n’est pas la place qui manque! Le lounge de 45 m2 est équipé d’un divan, d’une télévision, d’un système de son, de consoles de jeu, de tables hautes et de tabourets de bar. L’endroit parfait pour faire une pause entre deux courses. Le meilleur? Le coin pour bricoleurs, où les voitures peuvent être ravitaillées et réparées.

Un escalier extérieur spécialement aménagé à cet effet donne accès à ce royaume de la voiture de course.

Wir suchen Dein Projekt

Nous voulons connaître ton projet,

qu’il soit terminé ou planifié. Ça t’intéresse? Envoie-nous des photos et une courte description de ton projet sur notre page Facebook facebook.com/hornbach.de ou à notre adresse e-mail socialmedia@hornbach.de

Le créateur et sa motivation

Matthias Gent, 47 ans, maître-boucher indépendant, habite dans les environs de Magdebourg. Il travaille 12 heures par jour et, un jour, il a décidé qu’il avait besoin d’améliorer son équilibre de vie. Il s’est rappelé les pistes de course Carrera de son enfance. A l’époque, il adorait jouer avec ces petites voitures de course pendant des heures. Elles ont été le point de départ de son projet de construction, et son galetas était l’endroit parfait. Il n’avait plus qu’à le transformer. Il avait le savoir-faire nécessaire, puisqu’à cinq ans, il accompagnait déjà son père dans son atelier alors que celui-ci travaillait à sa bétonnière. Adulte, il a retenu les gestes des ouvriers qui ont travaillé dans sa maison individuelle au fil des années, et il a décidé de tenter de construire sa propre piste de course Carrera.

La conception

Première étape: mesurer les deux pièces du galetas et les réaménager. L’idée était de construire le circuit dans une pièce, et d’aménager un lounge dans celle d’à côté. Matthias voulait surtout que la piste soit accessible par tous les côtés. Il ne manquait pas de place. La prochaine étape était de se débarrasser du bric-à-brac, puis de rénover l’étage. Il a commencé par poser des panneaux en placoplâtre sur les murs, puis il s’est occupé des sols, qu’il a recouverts de panneaux OSB, et ensuite de linoléum. Le résultat était déjà pas mal. Il a ensuite posé des câbles électriques entre les murs pour pouvoir ensuite y connecter des lampes et des prises électriques, ce qui lui a pris environ neuf mois.

En effet, il a fait pratiquement tout lui-même, sauf la pose du plafond suspendu au-dessus de la piste, pour laquelle un ami lui a donné un coup de main. Et sa famille était elle aussi prête à l’aider. Il a monté tous les matériaux de construction dont il avait besoin par une échelle, à travers une petite lucarne faite de panneaux de bois de 1,5 m par 1 m.

Puis, Matthias s’est occupé de l’aménagement intérieur. Il a fabriqué la table qui supporterait le gigantesque circuit. Il a commencé par la structure, faite de planches de bois équarri découpées et vissées. Puis il a posé les panneaux OSB par-dessus et a fixé le tout. Il a ensuite ajouté un tapis vert non-tissé et la piste faite de plusieurs pièces assemblées. Cette étape lui a pris moins de deux semaines.
Après avoir ajouté quelques meubles à son lounge pour le rendre plus confortable, il pensait que son espace était terminé. Pas tout à fait. Il avait parlé de son projet à ses amis et ses voisins, et il avait envie de les inviter. Mais comment étaient-ils censés y accéder, par l’échelle, à travers la lucarne? Ou devraient-ils traverser toute la maison? Trop compliqué! Il a donc trouvé un escalier extérieur usagé et a assemblé les quelque 1000 pièces en six semaines, aidé par son beau-père. Il a loué les services d’une entreprise qui possédait une grue pour soulever les deux tonnes de l’escalier et le poser. Voilà, tout était terminé, deux ans après le premier coup de marteau.

Le prix

Transformer un étage complet pour le dédier à sa passion, ça a son prix, mais ça en a valu la peine. Après tout, Matthias aurait pu consacrer ces 1000 heures de travail à autre chose. Mais ce n’était pas l’idée, il voulait vraiment construire son propre circuit de course Carrera.

Commenter maintenant

Commenter maintenant

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Votre nom figurera plus tard au-dessus de votre commentaire. Vous avez également la possibilité de choisir un pseudonyme.

* Champ obligatoire